COMMUNIQUE APRES LA MORT DE JACQUES MARIN

COMMUNIQUE APRES LA MORT DE JACQUES MARIN

L’abbé Jacques Marin, prêtre de la Mission de France, est décédé ce samedi 12 octobre 2019 à Châlons-en-Champagne à l’âge de 90 ans.

 

Jacques Marin est né le 25 juillet 1929 à Nauroy (02). Son père, cultivateur, meurt quand il est encore très jeune et sa maman élèvera seule ses 3 garçons et 2 filles en étant intendante dans une école. Il est le quatrième enfant de la famille. Son frère ainé sera prêtre.

Ordonné prêtre le 24 juin 1955 à Pontigny, Jacques Marin est envoyé comme vicaire à la paroisse de Bugeat (19). Il travaille comme maçon puis chauffeur de car. En 1968 il rejoint l’équipe de Lurcy-Lévis (03). Il est manœuvre ordinaire dans une usine. Après trente ans comme prêtre-ouvrier, il se mit ensuite au service de la communauté des Béatitudes. Il y exerça son ministère pendant de nombreuses années.

Des plaintes reçues à son encontre conduiront à un procès canonique au terme duquel, en 2016, le ministère de la confession lui a été retiré. Il était apparu manifeste que, pendant des années, il s’était rendu coupable d’abus multiples dans le cadre de la confession. Les conséquences psychologiques sur les victimes sont encore vives et celles qui ne s’étaient pas manifestées avant le procès de 2015 espéraient pouvoir bénéficier d’une nouvelle procédure, première étape dans leur reconstruction.

Si Jacques Marin est désormais face au jugement de Dieu, la souffrance de ses victimes continue : nous devons leur rendre cette justice de ne pas les abandonner et de tirer aujourd’hui toutes les conséquences des pratiques ecclésiales qui ont rendu possibles ces abus et leur réitération. En leur demandant pardon, au nom de la Prélature, nous savons comme le pape François que « considérant le passé, ce que l’on peut faire pour demander pardon et réparation du dommage causé ne sera jamais suffisant ».

Pour assumer la douleur de nos frères et sœurs blessés dans leur chair et dans leur esprit, la Communauté Mission de France continuera de s’engager à lutter contre tout type d’abus sexuel, d’abus de pouvoir et de conscience. Dès à présent, les victimes et leurs familles peuvent compter sur notre disponibilité et notre prière. « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1 Co 12,26).

Nous confions Jacques Marin, et toutes ces souffrances, à la miséricorde du Père.

 

 L’équipe épiscopale de la Mission de France

 

 

mdfadmin

mdfadmin

      Laisser un commentaire

      *