A la une

 

Un temps pour prier

Avec le maître dans la parabole des ouvriers de la 11ème heure

Tu sors…

Tu sors toujours et encore…

Tu sors de ton apparent confort…

Encore, de nouveau, toujours,

à temps et à contretemps,

à l’aube de nos vies et à leur crépuscule.

De nos « préconçus »,

de nos fausses idées sur toi,

tu sors, et avec amour, un peu tu nous bouscules.

 

Tu viens nous rencontrer

dans nos lumières comme dans nos ténèbres.

A l’heure qui semble la dernière,

où pour nous tout semble fini,

Tu viens faire rejaillir l’espoir,

un chemin de vie.

Même si nous jugeons

que ça n’en vaut pas la peine,

Tu sors… Car notre peine est ta peine…

 

Au risque d’être incompris, au risque du mépris,

qu’est-ce qui te pousse à sortir vers nous ainsi,

dès le matin, à la tombée de la nuit ?

Est-ce un appel, un besoin, un désir, une envie ?

Ou simplement n’est-ce que,

plus fort que nous,

plus fort que tout,

l’expression d’un amour infini ?

Tu sors…

 

Cette méditation a été écrite et dite par Jean-Philippe Clément à la fin de la réunion du 17 avril autour du travail et du chômage organisée par l’équipe de la Mission de France de Bussy saint Georges à Notre Dame du Val.