24 et 25 novembre 2018

24 et 25 novembre 2018

Un grand weekend de formation organisé par le réseau SeDiRe (séparés, divorcés, remariés) de la mission de France en partenariat avec le mouvement des équipes Reliance et Chrétiens divorcés, chemins d’Espérance . Plus de 80 participants se sont réunis autour du thème  » Pour Intégrer les personnes divorcées et divorcées-remariées, quelles conversions ».

Temps de témoignages, temps de carrefours, temps de conférences, temps de questions, temps d’ateliers, temps de Forum des initiatives, sans oublier des temps de prières et surtout des temps conviviaux propices aux échanges informels…tous les ingrédients d’un weekend dense, mais équilibré.

Hélène Bricout, une théologienne qui a participé au guide de lecture d’Amoris laetitia édité par la CEF a présenté les différents points de blocages théologiques qui verrouillent encore la pastorale d’ouverture du pape François, en avançant des pistes pour élargir les vues théologiques sur les sacrements, en particulier sur l’Eucharistie et le sacrement du mariage. Elle a également pointé nos limites, nos préjugés, nos conditionnements dans notre manière d’appréhender des situations pastorales nouvelles, afin d’être en capacité de  nous convertir sans cesse, de nous  » déplacer » ou de nous laisser  » déplacer ».

Le père Guy de lachaux a présenté son dernier livre  » Nouvelle union après un divorce à la lumière du pape François » une réédition de deux petits ouvrages pastoraux sur les temps de prières. Mais avec tous les développements sur les fondements de la pastorale des personnes séparées, divorcées, et remariées renouvelée par la lecture minutieuse du chapitre VIII d’Amoris Laetitia, peut-on parler encore de réédition ? Il a relu son travail avec les apports du réseau Sedire de la mission de France dont il fait partie. Il a, en particulier, bien montré en quoi la relégation des personnes divorcées hors de la vie ecclésiale, prive toute la communauté de dons et de charismes ( cf A.L. 299 ) et qu’il est donc fructueux pour tous de leur re-donner leur place .

L’épreuve du divorce qu’ils ont traversée comme une Pâque personnelle, actualise pour la communauté la résurrection toujours possible et la manifestation du travail de l’Esprit Saint à l’œuvre ! Ne pas les intégrer revient à priver la communauté de cette manifestation de l’espérance chrétienne.

Dans les questions pastorales pratiques, la recherche des modalités de « retour éventuel aux sacrements », a tenue une place importante, ainsi que la question d’une plus grande offre de propositions pour mettre en place des accompagnements vers des temps de prières. Un couple d’une paroisse de Lyon a témoigné du chemin que toute la paroisse a entrepris depuis deux ans, pour accompagner une équipe de discernement en utilisant les  » cheminements Bartimée » mis au point par les équipes Reliance et le groupe SeDire-Lyon depuis la sortie d’Amoris laetitia. Ainsi, plusieurs personnes ont été accompagnées et ont retrouvées le chemin de l’Eucharistie au cours d’une assemble dominicale. D’autres témoignages ont montré que ces chemins sont bien personnels et qu’un processus unique doit guider les accompagnateurs en posant la question de Jésus à Bartimée : « Que veux-tu que je fasse pour toi  » en le déclinant à l’occasion en  » Que veux-tu que l’Eglise fasse pour toi « . Le pape François ne cesse de nous monter la voie, celle de l’Evangile et de l’audace pour aller jeter nos filets dans les eaux profondes . Soyons inventifs,  ne tombons surtout pas dans le piège de construire de nouvelles normes et ne laissons pas non plus d’autres le faire, même avec les chemins que nous aurons nous -mêmes tracés, car ils ne seront pas nécessairement adaptés aux personnes qu’ils accompagneront alors !

Quelle joie de voir les différentes propositions pastorales novatrices qui commencent à voir le jour dans les diocèses. Ceci rend d’autant plus douloureux  l’impossibilité de mettre en place les types de propositions découvertes lors du Forum du samedi soir dans leur propre diocèse tant sont  importantes les différentes lectures de l’ouverture contenue dans Amoris Laetitia !

Comme à la fin de tout temps fort, nous avons rassemblé le travail de ces journées et nous avons confiés au Seigneur toutes les personnes qu’Il mettra sur notre route au cours d’une Eucharistie finale.  Arnaud Favard qui nous avait rejoint dans la journée et qui s’est glissé avec bonheur dans notre dynamique a présidé cette célébration . Nous avons été invités à vivre un geste de « conversion » : Dans un mouvement de retournement physique, tournant les yeux vers le fond de la nef, puis accompagnant du regard la procession des offrandes vers l’autel, nous sommes montés dans le chœur à la suite des porteurs d’offrandes . Nous avons entouré l’autel pour la prière liturgique et toute la fin de la messe !

Alléluia !

comme l’a dit Michel une bonne dizaine de fois durant ce weekend !

et moi j’ajoute :

  • Catégorie de l'article
  • Sedir
Nathalie Mignonat

Nathalie Mignonat

      Laisser un commentaire

      *