Au jardin

Au jardin

 AU JARDIN               (chant à télécharger >>)

Par Régis Chazot – Jean-Baptiste Grison

 

Entre la terre inondée du chaos des commencements, les plantations du jardin de Gethsémani et la rencontre du jardinier par Marie Madeleine, se dessine un itinéraire de révélation, les croisements d’un humain de chair et de désir avec le mouvement inlassable de Celui que nous appelons « Dieu » (faute de trouver mieux) en attente de l’homme.

Corps à corps de l’homme et Dieu.
En Christ, au jardin, l’Amour se donne.

1- Au cœur du chaos
C’est la grâce de Dieu
Qui sépare les eaux de la terre… Et la vie surgit,
Désir de Dieu (bis)

Jardin, terre à terre,
Souffle de vie pour l’humain, cœur de chair…

Venez, venez, venez au jardin (bis) Labourer la terre au rythme des saisons Attendre que vienne le temps des moissons Vous mangerez les fruits donnés.

2- Au cœur du jardin,
C’est la trace de Dieu
Qui invite à aimer notre terre Et la vie surgit,
Cadeau de Dieu (bis)

Un lieu familier,
Source de vie pour l’amour le plus fort

Venez, venez, venez au jardin (bis)
Voir éclore la vie et vous étonner Contempler ses couleurs et vous reposer La paix du cœur vous est donnée.

3- Aux murs du jardin,
Ce sont les pas de Dieu
Qui rencontrent la défiance humaine La confiance brisée,
Les pleurs de Dieu (bis)

Croire tout connaître
Folle illusion vers une errance à vivre…

Venez, venez, venez à la terre (bis)
Défricher le sol. Venez cultiver
Aux champs de l’univers, vous vous nourrirez Vous retournerez à la terre.

4- La nuit, au jardin,
L’homme Jésus est seul,
Fils de l’homme devant sa destinée Quand la mort s’approche, Mystère de Dieu (bis)

Et devant l’abîme
Abandonné des siens la coupe devant lui…

Venez, venez, venez au jardin (bis)
Veillez avec Jésus, luttez contre l’effroi Venez au jardin croiser le Fils de l’homme L’heure est venue de se lever.

5- Trois heures, au pays
De la soif, de la mort
Jaillit le cri du cœur et du corps L’obscurité vient,
La nuit de Dieu (bis)

La terre a tremblé
Déchirement de l’amour dévoilé

Venez, venez, venez voir le bois (bis)
Le corps transpercé par tant de violence L’arbre dressé où son nom sera
Dieu de tendresse sur le bois…

6- A l’aube, au jardin,
C’est le vide au tombeau Quand la pierre a été roulée Le vide et l’absence,
Où est ton Dieu ? (bis)

La crainte et la peur
« Sèche tes larmes » a dit le jardinier

Allez, allez, allez au jardin (bis)
Pour trouver mes frères, pour les envoyer Là où je les précède, en Galilée
Je suis avec vous désormais.

7- Alors, au jardin,
C’est le germe de Dieu
Qui est mort en fécondant l’humain Grain tombé en terre,
Le fruit de Dieu (bis)

Et l’Amour du Père
A élevé Jésus, Fils bien aimé

Priez, priez, priez au jardin (bis)
Je suis le Chemin, la Vie, la Vérité
Vous connaîtrez mon Père si vous me connaissez, Celui qui me sert est bien-aimé.

8 – Jardin de nos jours Toutes ces vies mêlées Où se tisse la fraternité Compagnons de vie Nos frères en Dieu (bis)

Rejoignant leurs terres,
Nous recevons de leurs vies, cœurs brûlants

Allez, allez, allez au jardin (bis)
De la terre et du monde, par tout l’univers « Je vous envoie comme il m’a envoyé » Aimés du Père, à jamais.

 

 

mdfadmin

mdfadmin

      Laisser un commentaire

      *