Rencontre des quarantenaires 2018 : quelques réflexions

Rencontre des quarantenaires 2018 : quelques réflexions

Rencontre des quarantenaires 2018 : quelques réflexions

J’ai été invité à cette rencontre « pour écouter, sentir… » ce qui se passe dans ce lieu, avec en arrière fond le travail de refondation de la Recherche Commune. J’avais déjà entendu parler des retrouvailles des trentenaires, moment important pour les participants. J’avais dans la tête qu’il s’agissait de permettre à une génération de faire corps, d’exprimer ce qui lui est propre, et ceci pour les membres de la Communauté. J’ai découvert tout autre chose

Un espace gratuit, de liberté et d’implication personnelle à la fois, proposé à des membres de la Communauté, à d’autres qui l’ont croisé à un moment et à d’autres qui ne se doutent même pas de son existence. Des chrétiens, d’autres pour qui la tradition chrétienne résonne, d’autres encore pour qui la tradition chrétienne ne signifie rien.

J’ai pris place parmi les « aidants », quelques jeunes et adultes qui permettent la tenue des apéros, par la prise en charge du repas des enfants et de son organisation matérielle. Position à la fois très confortable par le travail à faire et en même temps décalée car hors-jeu de ce qui se vit dans les apéros.

Si tout compte dans ce type de rencontre, les conversations informelles, les courses et la préparation des repas, les jeux et le fariente…, les apéros sont un moment privilégié, moment de partage.

Les thèmes sont à la fois proposés par les organisateurs et à la fois enrichis par tous les participants. La variété est très grande et les thèmes retenus sont fixés par un système de vote.

Chacun participe, ou pas, à un apéro sur un thème choisi, puis à un suivant sur un autre sujet et ainsi de suite. A entendre les expressions des uns et des autres, la liberté est grande, l’implication réelle, la réflexion toujours intéressante. Pour certains, c’est une occasion unique de parole.

Je fais mienne une interrogation entendue sur le côté saute-mouton de ces apéros, passer d’un thème à un autre, sans se donner la possibilité d’approfondir ou à tout le moins de formaliser un questionnement.

J’ai vécu ces trois jours comme une mise en œuvre de la première tâche indiquée dans le Manifeste pour la Mission de 2002 : Vivre l’Église aux lieux de la rencontre et du dialogue. Cette expression serait sûrement à retravailler, mais vous avez suscité un espace, et mis en œuvre des conditions, pour qu’il soit lieu de rencontre et de dialogue. Dans ce lieu, la foi chrétienne était une parmi les autres, et la symbolique chrétienne a pris place à côté d’une autre. Selon moi, de tels lieux portent un enjeu pour la mission de l’Église.

La première attitude, dans notre manière de vivre et concevoir la Mission, c’est l’écoute. L’écoute de ce qui habite nos contemporains, de ce qu’ils expriment et comment ils l’expriment. C’est donc l’écoute de paroles, qui cherchent et engagent, et dans lesquelles quelque chose se dit et de l’humain et de Dieu.

Le travail de la Recherche Commune s’enracine et prend sens dans cette posture. C’est ce que nous cherchons dans tous les compagnonnages : au travail, dans la vie de quartier ou de village, dans la vie associative…un chemin quotidien qui demande du temps et qui produit des paroles rares.

Avec ce rendez vous des quarantenaires, vous rendez possible une parole libre, parfois fulgurante et donc précieuse. Elle est confiée à l’Eglise pour sa propre conversion et son travail sans cesse repris de réinterpréter l’évènement du Christ Jésus dans les conditions historiques qui sont les nôtres. Comment recueillez-vous ces paroles ? Comment les faites vous résonner avec les vôtres, avec la Parole ? Comment s’élabore ainsi une parole chrétienne qui s’ajuste aux contemporains ?

De grâce, poursuivez la tâche.

                                                                                                                                  Joël Chérief

                                                                                                                                  25/01/2019

mdfadmin

mdfadmin

      Laisser un commentaire

      *